Symptômes d’allergie au gluten et lactose dans les 5 minutes après manger, sans être dans l’intestin
28
August

By Adem Lewis / in , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , /


Salut, c’est Marc ! Aujourd’hui je voudrais répondre à une question
qui m’a été déposée par Thierry, et qui se demande pourquoi est-ce qu’il a des symptômes
d’allergies au gluten et au lactose dans les cinq minutes après avoir mangé quelque chose. Je vous lis d’avoir sa question en entier. Et puis ensuite on va en discuter. Il me dit : “ Bonjour, vous dites que les symptômes
d’allergie au gluten et lactose sont dus à l’intestin, mais pour moi quand j’ai une
crise, c’est très rapide, dans les cinq minutes après manger. Mes aliments n’ont pas eu le temps d’être
dans mon intestin. Vous savez pourquoi ? Je vais répondre à la question de Thierry
en cinq parties parce qu’il y a cinq points dont je voudrais parler qui vont finalement
nous a mener à une réflexion, parce que la question a l’air simple et pourtant elle
n’est pas si simple que ça… Les deux premiers points dont je voudrais
discuter, c’est une question de vocabulaire. Vous aller me dire, je reviens encore, peut-être
si vous avez vu d’autres vidéos sur une question qui est peut-être secondaire, mais pour moi
c’est tellement tellement important ! D’ailleurs, ça rejoint exactement le point
qu’on discute aujourd’hui, parce que si l’on ne pose pas la question en étant précis,
on risque d’avoir beaucoup de mal à trouver la bonne réponse… Donc, Thierry me parle d’allergie au gluten. Alors là, c’est une imprécision, ce n’est
pas tout à fait une erreur au sens strict, mais par convention les allergologues parlent
d’allergie au blé. Ils ne parlent pas d’allergie au gluten
en tant que tel. Et c’est comme ça pour tous les aliments. Vous allez vous rendre compte si vous allez
chez un allergologue qui va vous dire que vous avez une allergie aux arachides… On ne va pas analyser le détail des protéines,
on considère l’ensemble de l’aliment. Donc là typiquement quand on parle d’allergie
au gluten, par extension c’est généralement plutôt l’allergie au blé ! Et pourquoi l’allergie au blé et pas gluten
? Parce que même dans le blé qui est pourtant
un représentant de céréales contenant du gluten qui en a beaucoup, il y en a à peu
près 70-80 % de gluten. Mais le reste des protéines, les 15- 20 % restant
ne sont pas du gluten ! Et on peut très bien voir une réaction à
autre chose que du gluten ! Puisque quand vous mettez quelque chose dans
votre assiette, qui dit que c’est du gluten que vous mangez ? Vous mangez des pâtes au blé, vous ne mangez
pas du gluten, entre en “format pâte” quoi ! Enfin, je ne sais pas si vous comprenez ce
que j’essaie de vous dire. C’est-à-dire, par simplification, par abus
de langage, on dit : “oh, je mange sans gluten”. Non, je mange sans céréales contenant du
gluten. Donc quand vous enlevez les céréales, vous
enlevez le gluten mais pas seulement le gluten… Et l’allergie au blé, ça représente justement
cette idée qu’il y a plus que seulement le gluten dans la réflexion qu’il faut avoir
sur le facteur déclenchant. Il y a un autre point qui est aussi un point
de vocabulaire. Là par contre je ne vais pas du tout développer
ici, puisque que je l’ai déjà traité dans une vidéo. Je vais vous mettre le lien dans la description. C’est une ressource bonu supplémentaire. C’est la question de l’allergie au lactose. Là encore une fois c’est une question de
vocabulaire, mais c’est tellement tellement important de bien dire les choses pour comprendre
de quoi on parle ! Le troisième point concerne les réactions
allergiques. Quand on parle d’allergie, et de réactions
allergiques, de symptômes d’allergie, on peut avoir une réaction typiquement qui peut
démarrer dans les deux minutes après avoir été en contact avec un aliment, et qui peut
se déclencher jusqu’à 6 voire 8 heures après avoir été en contact avec l’aliment . Quand on est confronté à un aliment qu’on
ne tolère pas, et qu’on ingère, on lui dans la bouche et on introduit un aliment dans
notre système digestif. Et dès le contact avec la muqueuse de la
bouche, l’intérieur de la bouche, il peut y avoir un début de réaction allergique. Pourquoi ? Parce que le système immunitaire peut très
bien commencer à reconnaître qu’il y a un problème dès le contact au niveau de la
bouche, et provoquer une réaction. Ce qui est peut-être paradoxal, ou très
curieux, on peut très bien manger quelque chose et avoir une démangeaison, avoir envie
de se gratter dans les deux minutes qui suivent. Ce n’est pas parce qu’il y a eu quelque
chose qui s’est passé au niveau de la bouche que la réaction va forcément avoir lieu
au niveau de la bouche. C’est juste pour essayer de vous faire comprendre
une notion assez délicate en allergologie. C’est qu’il y a une réaction d’amplification,
il peut y avoir des effets très variés, les mécanismes sont parfois complexes et
peuvent varier d’une personne à une autre. On ne peut pas anticiper forcément quel aliment
va provoquer quoi, puisque l’allergie par définition, c’est une réaction aberrante,une
réaction anormale. C’est quelqu’un qui échappe au mode de fonctionnement
normal du système immunitaire, pour commencer à attaquer des aliments qui normalement ne
devraient pas être source de problèmes. Comment ça peut se manifester en terme de
symptômes ? J’ai parlé des réactions cutanées,mais
il y a évidemment bien d’autres types de réactions qui peuvent se déclencher dès
les premières minutes. Les plus typiques quand on mange un aliment,
ce sont les symptômes cutanés, ce sont des symptômes digestifs. Ça peut aussi être des symptômes cardio-vasculaires. Plus rarement, pour les aliments qu’on mange,
il peut aussi y avoir des troubles respiratoires, ou oculaires. Mais c’est plus rare quand on ingère un aliment
d’avoir des réactions de ce type là. C’est plutôt le pollen ou des choses qui
sont en suspension dans l’air qui vont finir par faire une réaction au niveau des yeux,
au niveau respiratoire. Puisqu’on va inhaler, faire rentrer l’allergène
par une voie qui n’est pas la voie digestive au sens strict, ça peut passer par la bouche
aussi quand on respire mais ce n’est pas à ce niveau là que la réaction va enclencher
la cascade de symptômes d’allergies disons… Mais, voilà ce sont typiquement les types
de réactions qui peuvent se manifester, et ça peut arriver dès les deux premières
minutes ! Donc là il n’y a rien d’aberrant, et ce
n’est pas forcément en contradiction avec ce que je dis habituellement quand je parle
de différents types de réactions, allergique, maladie cœliaque, ou autre type d’intolérance
alimentaire. Là, en fait, ce qui peut prêter à confusion,
c ‘est fait de bien prendre en compte de quelle maladie, de quel mécanisme on parle. Donc quand on parle d’allergie, c’est tout
ce que je viens de vous dire. Maintenant, le cas suivant, c’est la maladie
cœliaque, la maladie cœliaque j’en parle assez souvent sur cette chaîne, mais ça
n’est pas une réaction allergique ! Ça fait intervenir le système immunitaire,
mais là une fois encore, ça demande d’avoir une compréhension un petit peu plus de détails
de la situation. Moi je vais vous donner juste une explication
très simplifiée de ce que ça représente. La maladie cœliaque en fait, c’est une
réaction immunitaire, qui fait intervenir le gluten. Mais le gluten a besoin d’arriver dans l’intestin,
dans ce cas précis pour pouvoir déclencher une réaction. Parce que c’est LE mécanisme par lequel on
déclenche la maladie, ou on la réveille si on ne fait pas attention à ce qu’on mange
! Là c’est quelque chose d’assez particulier,
parce que normalement ce n’est pas un contact buccal, ce n’est pas au niveau de la bouche,
au niveau de muqueuse la bouche, comme ça peut arriver dans certains types de réactions
allergiques, ça demande d’arriver jusqu’au niveau de l’intestin. Parce qu’il y a vraiment quelque chose de
spécifique au niveau de l’intestin qui provoque cette réaction et qui déclenche la maladie. Du coup, j’imagine que la réflexion de Thierry
de dire : “Mais, Marc, tu parles régulièrement d’effets au niveau de l’intestin, et que
c’est à cause de ça qu’on a des symptômes, avec allergie au gluten, allergie au lactose…” Déjà comme je l’ai dit au début, allergie
au gluten, ce n’est pas la meilleure manière de dire, c’est allergie au blé, ou alors
on a une réaction au gluten, mais ça n’est pas une allergie. Il peut y avoir plein de manières d’expliquer,
ou d’exprimer les choses… Donc il faut être clair. L’allergie au lactose ça n’existe pas ! Mais il peut y avoir des manifestations dues
à la présence de lactose. Il peut aussi y avoir des des réactions dues
aux protéines de lait de vache, mais c’est encore une autre histoire… Et là ça peut très bien être au niveau
de la bouche, comme une réaction allergique typique. Ou alors ça peut arriver jusqu’au niveau
de l’intestin, et il peut y avoir plein de mécanismes, y compris des mécanismes inconnus
à ce jour, ou pas décrit de manière systématique et claire dans la littérature scientifique. Et ça m’amène au cinquième point. Et ce cinquième point, il est crucial, il
est vital, c’est la raison d’être de mon blog, de cette chaîne YouTube sur laquelle
vous regarder peut-être cette vidéo maintenant. Et de tout ce que je fait maintenant, c’est
le fait qu’il y a un facteur inconnu, il y a des cas de figure dans lesquels on a passé
toutes les étapes de diagnostic chez un médecin. Et on se retrouve en impasse médicale ! On se retrouve dans une situation où on ne
sait pas dans quelle case on doit vous mettre. En tant que médecin, on ne sait pas quoi
faire. Et il y a des choses dont j’ai parlé dans une vidéo il n’y a pas si longtemps
que ça, qui est la sensibilité au gluten non cœliaque, ou l’hyper sensibilité au
gluten non cœliaque. Donc ce sont deux manières de dire à peu
près la même chose, et j’en parle de manière assez détaillée dans cette vidéo que je
vais vous également dans les ressources dans la description qui accompagne cette vidéo
vous regardez. Et dans cette vidéo là qui parle de la sensibilité
au gluten non cœliaque, je parle justement de l’importance de prendre en compte les facteurs
inconnus, les mécanismes qu’on ne connaît pas encore à l’heure actuelle. Puisque même si la science a déjà beaucoup
beaucoup progressé, et qu’on commence à avoir des réponses à beaucoup de questions,
malheureusement, je ne sais pas si vous rendez compte Thierry, et vous qui regardez la vidéo,
est-ce que vous pensez vraiment qu’on a la réponse à toutes les questions aujourd’hui
? Il se peut très bien qu’on cherche et après
avoir cherché longtemps, on arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de réponse “idéale”,
il n’y a pas réponse parfaite, toute faite, et qui correspond exactement à notre situation. Et c’est justement pour ça que je fais toutes
ces vidéos là. Puisqu’à un moment donné, il faut basculer
d’une réflexion médicale classique de diagnostic et de détection d’une maladie liée à des
symptômes, liée à un mécanisme bien précis. Et de ça, il faut pouvoir basculer à un
moment donné sur une démarche, une démarche progressive, pas à pas, dans laquelle on
va ouvrir une parenthèse, essayer de comprendre si cet élément là va amener des éléments
de réponse, essayer d’agir pour modifier les choses, pour améliorer les symptômes,
et refermer la parenthèse, si on voit que ça ne correspond pas à ce qu’on cherchait
au départ… Et on va en ouvrir une nouvelle, et encore
une nouvelle, et encore une nouvelle. Et c’est un travail qui peut prendre des
mois, et des années. Je ne tiens pas à dire ça pour vous déstabiliser,
pour vous démoraliser, mais c’est vraiment une question de démarche. Vous ne pouvez pas avoir quelque chose d’instantané,
simplement en pose une question, et en attendant que moi j’y réponde. D’ailleurs, ma réponse est assez générique
puisqu’elle ne correspond pas au cas du dossier médical de Thierry, puisque je n’ai
pas le dossier médical, et je ne suis pas en mesure d’apporter des réponses spécifiques. Surtout qu’il faudrait faire des analyses,
il faudrait voir ce qui a déjà été fait qu’est-ce qu’il faudrait encore faire. C’est toute une panoplie d’actions qu’il faut
enclencher. Et c’est la raison pour laquelle j’encourage
les gens qui veulent passer à l’étape d’après, de non seulement regarder les vidéos que
je mets en lien en bonus, sous celle-ci, pour aller plus loin. Mais aussi de vous abonner à ma newsletter
parce que c’est le meilleur moyen d’avoir accès, d’être aiguillé(e) petit à petit
vers le meilleur chemin pour vous. J’espère qu’avec ça, j’ai réussi à peu
prêt à traiter les points qui n’étaient pas tout à fait clairs dans la tête de Thierry. Il faut du travail, il faut du temps,et ben
voilà je vous encourage à poursuivre notre démarche. J’espère que cette cette vidéo vous aura
au moins apporté certains éléments pour progresser dans votre compréhension de la
situation, et du cheminement qu’il faut engager pour apporter des solutions, quand on a des
symptômes digestifs ou autres dus à des intolérances alimentaires ou à des réactions
à des aliments. Je vous dis à très vite pour une prochaine
vidéo ! Ciao, ciao !


5 thoughts on “Symptômes d’allergie au gluten et lactose dans les 5 minutes après manger, sans être dans l’intestin

  1. Marc, ton cinquième point est excellent. La médecine allopathique a tendance à nous mettre dans des cases et ne prend pas assez en compte la spécificité de chaque individu. C'est en se prenant en charge et en testant tel ou tel aliment que l'on parvient à identifier ceux qui ne conviennent pas à son corps. Ce qui nous a personnellement aidés, dans le cas des intolérances de mon mari, a été de tenir un cahier journal où TOUT ce qu'il ingérait était consigné et les réactions qui s'ensuivaient. C'est contraignant et long: il faut plusieurs mois, voire plus d'un an à cause de certains produits saisonniers (fraises, abricots par exemple). Mais cela permet d'y voir plus clair. Attention aussi à bien noter les compositions des aliments achetés tout prêts si on en mange, en sachant que de toute façon ce sont des produits à éviter lorsque l'on a un système perturbé. Merci encore, Marc, de prendre le temps de répondre à nos nombreuses questions.

  2. d"ou vient le luten ? autrefois on ne parlait pas de gluten surtout dans les céréales ! j'ai moi-mëme une sclérose en plaues et après avoir faits différentes recherches et avoir vu la méthode du dr seignalet j'ai conclu que le problème venait de lalibération de ce fameux "gluten" dans l'intestin, ce gluten est "LE DECHET" qui détracte le métabolisme, qui nous provoque divers troubles et qui pousse nos anticorps à nous attaquez !! une fois ces ""poison" libérez : les maladies s'installent !! ainsi que ces différents troubles ( allergies poids vision digestion) on est TOUS toucher, au grand plaisir des sientifiques, chercheurs de nouveau poisons, médecins !! mais le gouvernement reste le plus grand gagnant !! et nous les victimes sur le dos des quels ils s' enrichissent !!

  3. Cela fait trois jours que j'ai arrêté le gluten. Je suis super contente. Je pensais pas que ça change tant de chose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *